Le terme « transformation digitale » n’est pas toujours défini de la même manière. Sa signification varie beaucoup d’une entreprise à une autre et en fonction des secteurs d’activités. Cependant, elle se réfère globalement au processus qui consiste, pour une entreprise ou une organisation, à intégrer les nouvelles technologies digitales dans toutes les strates de ses activités.

La transformation digitale est un vrai enjeu pour les TPE (0-19 personnes) et PME (20-249 personnes), au même titre que pour les grands groupes.

Des entreprises qui peinent à se digitaliser

95% des entreprises en France sont des TPE (3,9 millions) et 135 000 des PME. (Insee 2018). Les usages des individus dans le cadre de leur travail ont énormément évolué ces dix dernières années. Selon Eurostat, en 2016, 7 consommateurs sur 10 achetaient en ligne tandis qu’1 PME sur 8 seulement proposait des produits via internet… Et ce nombre de cyberacheteurs augmente de 4% par an selon Médiamétrie.

En octobre 2018, a été lancé par Mounir Mahjoubi alors secrétaire d’État au Numérique le portail France Num. Il s’agit d’une plateforme d’accompagnement pour la transition numérique des petites et moyennes entreprises. Au même moment ont été publiés par le portail les résultats d’une enquête réalisée de septembre 2017 à août 2018 auprès de dirigeants : « La présence en ligne chez les TPE/PME ».

Voici quelques chiffres et conclusions issus de ce rapport :

– « Seulement 11% des PME françaises utilisent des outils numériques au quotidien »

– « Une fois dotés d’un site et/ou de pages sur les réseaux sociaux, les répondants ont tendance à attendre que les prospects se manifestent. Les « mesures actives » sont trop peu répandues. Soit à cause du manque de connaissances, de temps ou de moyens, ou des bénéfices souvent faiblement perçus. »

– « le référencement sur les moteurs de recherche est négligé ou géré de manière artisanale. » (Source : rapport AFNIC pour France Num)

Les entreprises qui portaient assez peu d’attention au digital ces dix dernières années en ne voyant pas cela comme un levier incontournable doivent rattraper leur retard très rapidement pour rester compétitives.


Encore trop de magasins de quartiers ou de petits restaurants n’ont aucune stratégie digitale alors que cela pourrait leur être très bénéfique.

Une transformation digitale qui doit être menée au cas par cas

La transformation digitale des petites et moyennes entreprises est donc beaucoup plus vaste qu’une simple présence en ligne. Bien sûr, il est important de distinguer les PME des TPE et la taille de l’entreprise est un facteur important à prendre en compte.

Une TPE de moins de 3 salariés n’aura pas forcément besoin d’outils pour améliorer ses processus de gestion ou en tout cas moins qu’une entreprise de 100 personnes…

En revanche elle aura tout intérêt à se développer en ligne et pourra acquérir une visibilité plus importante qu’une PME avec une bonne stratégie digitale.

Pour les très petites structures, c’est une question d’opportunité à saisir. Il existe de nombreux cas de petits artisans qui exercent leur activité dans une zone reculée et qui réussissent à avoir une activité florissante en vendant leurs objets sur Amazon par exemple.

Globalement, la transformation digitale doit être menée au cas par cas en fonction de plusieurs paramètres, comme la taille de l’entreprise, le type de clients, la concurrence hors ligne et en ligne, le secteur d’activité, etc. Bien que la transition soit nécessaire, elle pourra être adaptée selon les besoins.

L’erreur est de penser que cette transformation digitale concerne uniquement les grandes sociétés et de se contenter d’un site web et de quelques partages sur les réseaux sociaux.
Surtout si l’entreprise se situe dans le secteur du BtoC, la nécessité de se transformer par le digital est encore plus importante.

Comment faire en tant que TPE ou PME pour réussir sa transformation digitale ?

Pour les petites entreprises, la première chose à exploiter est le data marketing (ou marketing de bases de données) qui peut être défini comme suit : « Utilisation intensive des systèmes informatiques de gestion de bases de données, pour stocker puis analyser l’information collectée auprès des clients et/ou des consommateurs de l’entreprise, afin de définir la stratégie marketing ad hoc à chaque catégorie d’individus. »
(Source : L’encyclopédie du marketing).

En effet, les TPE type magasins, boulangeries, restaurants ont beaucoup de passage et surtout ont généralement des clients réguliers. Or l’un des sujets cruciaux pour ce type de structures est la fidélisation.
Aujourd’hui il est possible d’utiliser des outils digitaux peu coûteux et accessibles par exemple depuis un site internet pour mesurer le flux, cibler les produits les plus vendus par type de clients, récolter des données, etc.

Il s’agit de processus de digitalisation très simples à mettre en place et qui peuvent permettre de fidéliser par l’envoi d’emails, d’adapter l’offre aux clients en fonction des données recueillies et d’obtenir une meilleure rentabilité.

La plupart des sites web spécialisés dans le data marketing proposent même des offres gratuites pour les petites structures, tels que MailChimp par exemple (service de marketing par courriel), et il en existe beaucoup. Les outils digitaux sont de plus en plus faciles d’utilisation et il n’est plus nécessaire d’avoir de grandes connaissances en informatique pour les utiliser.

Le digital n’est donc pas une fin en soi mais un moyen pour les dirigeants de TPE et PME d’ouvrir le champ des possibles et d’être plus performants. Grâce à la multitude d’informations en ligne, les dirigeants peuvent se former facilement.

Catégories : BLOG